CORRUPTION et FINANCEMENT DES PARTIS POLITIQUES

Malheureusement la corruption fait partie intégrante de «l’âme» humaine. Tout homme politique a ses faiblesses dont, entre autres, la griserie du pouvoir, la cupidité.

Je pense que, tout bonnement, il veuille combler un vide intérieur. C’est le principe de la boulimie, se remplir les poches ou l’estomac jusqu’au débordement, cas extrême! Cependant, entre l’intégrité absolue, qui relève de la sainteté, denrée rare, et la corruption pour la corruption, existe toute une panoplie de nuances. Cela peut aller d’une justification relative d’un besoin d’efficacité, en passant par une tacite acceptation de quelques « passe-droits », pour se terminer dans on ne sait quel excès et trafic. On ferme les yeux pour atteindre un objectif bon ou mauvais, etc. Vous savez : « la fin qui justifie les moyens »!

Je ne comprends pas que les partis politiques soient désormais, même partiellement, subventionnés par l’état, c’est à dire nous tous contribuables. On veut la transparence, paraît-il.

Pour moi la création et la continuité d’un parti devraient uniquement dépendre du choix personnel de ceux qui le fondent et ceux qui le soutiennent par conviction. Aussi, même si on distribue les deniers publics que ce soit au prorata du pourcentage acquis, ou au nombre d’élus, je trouve cela absurde.

On donne des subsides suivant des succès ou échecs passés et donc le plus souvent en partie caduques.

Un candidat ou parti politique ne devrait être financé que par ceux qui le désirent et non par le peuple tout entier, comme pour les routes et les écoles, etc. sans lui demander son avis. D’ailleurs ce genre de financement pourrait très vite s’avérer un tantinet despote. Le gouvernement en place pourrait facilement avantager ceux qui le favoriseraient.

Je détaille : un parti est une association, qui compte des membres actifs, donateurs, bienfaiteurs, fondateurs. Donc si un particulier, une entreprise, etc. désire soutenir un parti, je ne vois pas ce qui l’en empêcherait. Alors me rétorquerez-vous, pourquoi autant « d’affaires » de fausses factures et tout le saint-frusquin? Tout simplement pour essayer localement et même globalement de faire du trafic d’influence.

Je pense donc qu’il serait plus facile et clair que chaque sponsor (petit militant ou grosse compagnie) fasse une donation déclarée, en partie déductible (avec conditions de clarté). Celle-ci serait limitée pour tous, petits et gros, pour éviter le trafic et l’escalade ridicule dans des dépenses astronomiques pour candidats « stars » de shows hollywoodiens.

Le résultat serait que chaque parti et donc candidat recevraient les fruits de ses « mérites ». Si des candidats avaient, par le passé, obtenu des fonds substantiels par des promesses non tenues, la pratique de la langue de bois, des gaspillages durant leur mandat ou avant, ils seraient très vite sanctionnés. Ils verraient vite fait leurs supporters les priver de leurs actifs proportionnellement à leur crédibilité. C’est le principe de la carotte et du bâton.

Par contre, il serait judicieux qu’une institution neutre examine de près les comptes et les publie avant le démarrage de la campagne. Eh oui! On aurait déjà les résultats avant le vote ou quasiment. Si malversation quelque part, là effectivement, la commission disqualifierait le candidat ou plus avant l’élection.

Vous me direz que ceci demande une organisation importante pour être efficace et rapide. Mais ce qui se ferait avant ne serait plus à faire après. D’où plus d’enquête à posteriori, pendant que de vilains «abuseurs» seraient au pouvoir. Plus d’organisation de réélection. Donc ce serait moins lourd. Vous connaissez le dicton, mieux vaut prévenir que guérir. Je sais j’enfonce des portes ouvertes. Si on les enfonçait un peu plus on se fracasserait un peu moins la tête contre les murs, ou on tournerait un peu moins en rond comme des poissons dans leur bocal, sans jamais trouver la sortie!

En résumé, chaque candidat et, ou parti devraient montrer patte blanche pour être éligible. De plus, ce serait un excellent exercice pour les préparer à la gestion des affaires publiques avant catastrophe. Je pense aussi que cela ferait un formidable nettoyage de printemps parmi les aventuriers, rigolos et surtout boulimiques du pouvoir.

De toutes les façons, on ne pourra jamais totalement éradiquer la corruption. Je me répète, elle fait partie de l’humain, pour l’instant. Je pense aussi que plus il y a d’interdits, plus il y a de transgressions, voir « prohibition ».

Ce type de financement devrait être étudié en détail. Il aurait au moins le mérite d’anticiper suffisamment les malversations involontaires ou non, et d’essayer de responsabiliser les intervenants, en mettant quelques garde-fous.

Stop! Arrêtez de hurler que je suis utopiste. Qui ne tente rien n’a rien. Encore, un dicton! C’est facile, je sais ! A bon entendeur, salut!😉

Galerie | Cet article, publié dans Actualité économique et politique, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un avis, une expérience, une idée à partager, n'hésitez pas vous êtes les biens venus (avec "modération" ça va de soi, voir la "Charte")

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s