Toujours moins d’enseignants! Qu’à cela ne tienne, on les « étale » : ils font « ROUTIERS »!

Les enseignants/routiers bouffent du bitume

Dans un article (Var Matin) du lendemain des manifs du 27 septembre 2011, un enseignant, que je connais tout particulièrement, explique :

« L’éducation ? Grégory … en est passionné.« C’est un vrai choix, un désir profond de transmettre des connaissances, des valeurs. C’est pour cela que je suis devenu enseignant », confie-t-il. Mais, hier, au lieu de faire son travail dans son école de Plan-de-la-Tour, Grégory était en grève. Découragé. Désabusé. Démoralisé. Comme plusieurs centaines de personnes à Toulon, il a battu le pavé pour protester contre la suppression de 16 000 postes dans l’Éducation nationale (dont 140 postes dans le secondaire et 62 postes dans les écoles du Var, Ndlr).

La coupe de trop. Elle se traduit, aujourd’hui, par des situations professionnelles intenables.

Grégory en est l’exemple type. Ce Varois fait partie du Réseaux d’aides spécialisées aux élèves en difficulté (Rased). « C’est notamment dans cette branche que l’on supprime des postes à tour de bras », glisse-t-il.

Résultat ? Le territoire de Grégory s’est agrandi. « Le lundi, je dois travailler le matin au Plan-de-la-Tour. L’après-midi, j’enseigne aux Issambres et je finis par la maternelle des Virgiles, à Sainte-Maxime. C’est très difficile de fonctionner comme ça. On ne peut pas travailler ainsi. » Un routier de l’éducation, qui cumule les kilomètres dans une journée pour assurer ses cours. « Nous sommes comme la confiture. Moins on est, plus on nous étale »,

Le savoir et les profs c’est comme la confiture ………..

plaisante-t-il, un peu jaune. »

Je confirme que « petit » il n’a jamais souhaité faire « Routier » !!😛

Pour confirmer ces propos, lire aussi dans : C’est classe !

« J’ai à coeur de bien faire mon travail … »

« Enseigner est un beau métier. Encore faut-il pouvoir le faire dans de bonnes conditions. Valérie Boucher, prof de français, se partage entre trois collèges avec des équipes et des manières de faire différentes. Le jeudi où elle va dans les trois, elle parcourt 74 kilomètres. A mi-trimestre, elle est déjà fatiguée. »

_______________________________________________

Bon là-dessus je n’ai pas grand chose à rajouter, si ce n’est que :

1) Faut avoir la santé physique et morale

2) Faut que la voiture tienne ses boulons

3) Le temps passé à faire les allées et venues est pris sur le temps d’enseignement

4) La fatigue et « l’énervement » peuvent éventuellement retomber sur les élèves (cours moins bien préparés, risque de mise en place d’une « routine » dans la façon d’enseigner, moins de patience, etc.)

5) ……. à vous d’en rajouter ?…..

Galerie | Cet article, publié dans Actualité économique et politique, Coups de gueule et coups de coeur, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un avis, une expérience, une idée à partager, n'hésitez pas vous êtes les biens venus (avec "modération" ça va de soi, voir la "Charte")

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s