La Pandémie archi-millénaire qui nous détruit : la PEUR!

La PEUR une Pandémie!? Vous allez me dire « Elle exagère, elle divague, enfermez-là »! Deux minutes! Vous, moi, tout le monde avons peur en quasi permanence. Si, si! Et le pire ce sont surtout ceux qui nous « gouvernent », ceux que l’on nomme les « hommes de pouvoir ». Quand vous aurez lu mon laïus vous verrez, comprendrez -peut-être- qu’effectivement la plus part d’entre eux (directeur/managers d’entreprises, gouvernants de villes, régions, états, leaders de partis ou religions, les médias qui eux la cultivent la peur, etc.) pensent ce qu’ils pensent -vindicativement-, font ce qu’ils font -agressivement- parce qu’ils  baignent et  pataugent dans la Peur. Plus ils sont agressifs plus vous pourrez en conclure, sans trop vous tromper, qu’ils sont très mal dans leurs peau/pompes et donc ont Peur! Et tout ceci dure depuis… que l’homme est homme et cela n’a pas l’air de vouloir s’améliorer au contraire. Peut-on y faire quelque chose? Je dis que oui!

J’ai donc  « pondu » ce qui suit en 1986 et j’hésitais à le publier sur ce blog. Je ne le trouvais pas plus pertinent que cela. Mais aujourd’hui, au vu de ce que j’entends, lis, vois et qu’on voudrait me faire vivre, une « mouche » m’a piquée! J’ai un peu remanié la chose, très peu; ajouté quelques précisions et voilà je vous le livre… j’ai donc oublié ma « peur » 😉 de je ne sais quoi  d’ailleurs!… Si je sais, mais ça c’est autre chose 😉

Vous connaissez tous ce dicton : « La peur n’évite pas le danger ». C’est effectivement vérifiable à tous les instants ; je dirai même plus, la peur provoque et amplifie le danger car, au lieu d’aiguiser l’attention qui, elle, l’éviterait –la peur-, tout au contraire elle provoque une angoisse castratrice de toutes pensées, intuitions et actions clairvoyantes qui, elles, optimiseraient nos chances d’éviter les « coups de bambou ». Attention ne pas confondre la peur avec la connaissance objective et donc clairvoyante du « risque » (je n’aime pas trop ce mot car il véhicule un sentiment de peur) on va dire plutôt du « choix à faire ».

Cette peur de tout et de rien  -de l’accident, de l’échec, de l’aventure, de l’amour, de l’autre, de l’inconnu, de ne pas être le premier, pas être à la mode, de soi-même  (et la liste n’est pas exhaustive!) nous polarise sur un point particulièrement négatif de notre « Moi ». C’est lui, notre Moi, qui est en jeu et non l’environnement!

La peur vient d’une non-sureté du Soi profond et entier, d’une mauvaise évaluation de nos capacités à répondre aux choix que nous devons faire en permanence, face à notre libre-arbitre. De plus, il faut  aussi choisir  au milieu des  « intempéries » extérieures qui, de ce fait, s’en trouvent décuplées, pour le moins, par notre imagination si fertile. On imagine, on extrapole, en un mot comme en cent : on se fait son petit « Ciné » du plus pur style « Roman Noir ». De plus, dans le pire des cas, on pourrait simplement dire : quand la peur s’installe, le pis est tout proche et même devient une habitude (poussé à l’extrême on appelle cela de la paranoïa…). Cette peur, quelle qu’elle soit, une fois engendrée, crée d’elle-même et par elle-même, une ambiance, des comportements tels, qu’ils influent sur l’extérieur, et non le contraire.

Nous pouvons donc dire que la peur est un élément de réaction qui vient de Nous et que l’apport « étranger » n’est que le titre d’un roman auquel « Nous-seuls » ajoutons des centaines de pages, pour ne pas dire des milliers. La peur est auto-génératrice dès qu’on lui a permis de s’infiltrer une seule fois, dans notre conscient et surtout inconscient – ces deux là allant d’ailleurs de concert-.

La peur est une projection exacte de notre inconscient vous savez le conscient que l’on cache au fond de sa poche, bien enfoncé, et de surcroît recouvert d’un oursin pour surtout ne pas y toucher!!. Des centaines d’exemples peuvent être cités pour mettre en exergue le fait que nous engendrons, nous-mêmes, notre soi-disant peur que provoquerait quelque chose ou quelqu’un d’extérieur à nous-mêmes. Exemple : vous êtes sur un trottoir, vous voulez ou devez traverser; on vous a dit, « attention traverser c’est dangereux »! Cette peur d’être renversé vous fera soit, renoncer et dans 10 ans vous serez toujours sur le trottoir (au mieux affamé et hagard et frustré!), soit, vous foncez la peur au ventre, tête baissée,  yeux fermés en priant très fort, (une chance sur deux de finir en carpette!). Sinon, vous regardez à droite à gauche et y allez d’un pas ferme et décidé au moment opportun! Un autre exemple : un malade apprend qu’il est incurable. Deux réactions majeures possibles : a) il est submergé par la peur, il panique même si son entourage le « protège », en conséquence son moral sera atteint et ses défenses physiologiques potentielles déclineront d’autant ; b) par contre, ce même patient n’éprouve pas de peur, il prend son problème à bras le corps, il est positif, il y a fort à parier que ses défenses immunitaires seront au mieux et il pourra peut-être même, en certains cas, vaincre totalement sa maladie et il pourra aussi entraîner son entourage. Les médecins connaissent bien ce type de réactions.

Peur pour tout et n’importe quoi : la peur d’être en retard à son travail pour les représailles que cela risque d’engendrer, bonjour le stress! La peur de l’échec à ses examens,  pour sa carrière, sa vie de couple, que sais-je encore, ah si, la peur de l’inconnu (déjà cité). Je suis sûre que vous pouvez sans problème allonger cette liste ! La peur est omniprésente chez chacun de nous ou quasiment, elle provoque donc l’angoisse comme nous l’avons vu précédemment. Cette dernière permet et engendre trop souvent l’agressivité envers autrui et tout ce qui va avec : du simple énervement au génocide. Vous me rétorquerez peut-être que je vais trop loin! Pourquoi cela? La peur de manquer, du voisin, de l’étranger/inconnu, du patron, de « Dieu », de l’autre nation, et j’en passe! Vous savez où cela nous a mené depuis des millénaires et nous mène encore et toujours?! (Les dictateurs sont parmi les plus grands trouillards de la terre!)

Notre angoisse nous agresse NOUS au premier chef et c’est cette auto-agression qui provoque son renvoi vers l’extérieur, car elle est tellement nocive qu’on essaye de s’en débarrasser! N’avez-vous jamais remarqué que si nous sommes en pétard après nous-même, mal dans notre peau pour une quelconque raison, oh combien nous pouvons être irritables et facilement agressifs envers tout ce qui nous entoure (le coup pied dans la poubelle, la gueulante sur son môme, etc.). Ou si notre nature n’est pas expansive, que nous gardons tout à l’intérieur, que nous devenons taciturne ou faisons aussi semblant d’aller bien, là je ne vous dis pas les dégâts de santé physique et/ou mentale provoqués façon marée montante qui sape la falaise-! Et si l’entourage est aussi, comme nous, agresseur ou enfermé, on tourne en rond et cela s’envenime à l’infini!

Si nous attendons que « l’extérieur » devienne « rose » cela ne changera jamais, je peux vous l’assurer! Et si nous nous disons aussi : « je ne vois pas pourquoi je changerai si les autres ne changent pas » (j’ai vu ça aussi trop souvent), alors ça ne changera sûrement pas! Surtout quand on voit ce qu’on voit, qu’on lit ce qu’on lit, etc. actuellement partout : les infos, la peur  savamment bien orchestrée qui, d’après moi, est très rémunératrice (grrr! je dirais même, sarcastiquement, que les cours de la bourse sur la peur sont en forte hausse !) et aussi en la diffusant « bien », permettent à certains de nous « embourber » encore plus que nous n’avons déjà tendance à le faire sans y être aidés! (je ne développe pas plus ce sujet, mais je pense que vous m’aurez suivie dans mon raisonnement).

Il s’agirait donc de ne pas attendre de changements venant de l’extérieur, des autres, mais de commencer par soi-même. Croyez-moi et essayez d’en faire l’expérience, au moins une fois, vous verrez la différence : cela déteint bigrement sur notre environnement (famille, collègues, etc.). Le bien-être, la non-peur, déteint aussi bien que la peur. Alors imaginez la suite… Si tout le monde…non, déjà quelques uns,  nous remettions un peu les choses, les sentiments, les émotions à leurs places sans se masturber l’esprit, si on essayait, le plus souvent possible, de se mettre au diapason de soi-même, de la nature (au sens général du terme), vous vous rendez compte de la teinture de bien-être que l’on pourrait provoquer en chaîne!  Tout aussi bien que cette grande peur qui a, depuis longtemps, très longtemps donc, envahie toute notre vie d’un bout à l’autre de cette planète. Le contraire est tout aussi possible!

Pourquoi est-on effrayé à l’Idée d’être agressé, de perdre, etc.? Pourquoi la peur devient-elle un cercle vicieux? Parce que l’on a aucune confiance en Soi donc, encore moins en l’autre. Pourquoi cela? Parce que nous sommes faibles de l’intérieur et l’on applique le plus souvent la formule « La meilleure des défenses est l’attaque » ou le contraire « La politique de l’autruche ». Pourquoi? Parce que surtout on nous a appris depuis toujours : la survie du plus fort, la victoire du plus puissant et le succès du plus habile. Et si nous n’arrivons pas à cela, nous avons peur de perdre parce qu’on nous a rabâché que les « inférieurs » étaient perdants! Quelle vaste « connerie »! (pardon mais je ne vois pas d’autre mot aussi clair 😉 ).

Quand enfin se rendra t-on compte que si chacun, à titre personnel, individuel, comme je l’ai fait remarquer plus haut, voulait bien s’aimer, s’estimer soi-même un peu plus, sans se comparer avec l’autre, sans faire non plus de narcissisme, de mégalomanie, si on voulait tout simplement s’observer un peu mieux, être plus attentif à son Soi, à son mécanisme global, sans jugement négatif ou positif, juste être plus attentif, nous aurions un peu plus de confiance en nous et par conséquence en tout, progressivement.

Cela ne veut pas dire tomber dans la niaiserie de « tout le monde il est beau il est gentil », quoi que 😉 .

J’ai cité le verbe aimer, s’aimer, on en revient toujours à la même chose : « l’Amour », la tolérance (un peu de lecture supplémentaire), la compassion (vous pouvez aussi jeter un œil par là) pour Soi, pour l’autre, pour tout.  Et voilà on tourne en rond! Non! On reste centré sur Soi, qui est partie intégrante du tout, donc, je pense que si on tire doucement sur le fil (soi) de la pelote (tout) on devrait y arriver, non? Je n’ai encore rien démontré! Si, une seule chose : nous sommes  seul maître de notre devenir. Ce que l’on est, personne d’autre que nous-mêmes ne peut nous le dire, personne ne peut penser-sentir ce que nous sommes à notre place. Personne! Donc, ne pas se laisser influencer par l’autre, par l’élément extérieur qui nous pousse vers la pente glissante de la peur.

C’est bien joli tout ça, allez-vous me dire! Mais comment fait-on pour ne plus avoir peur, pour être bien, etc.? Ce n’est effectivement pas le concept, que je viens d’étaler ci-dessus, qui fera que vous allez créer votre bonheur, et la fin de la pratique et de l’étalement galopant (pandémie) de la peur, mais simplement, comme je l’ai dit, l’expérience, Votre expérimentation à Vous.

Essayez donc ceci :

Si, quand vous « pensez », « ressentez », « agissez » ou allez agir, vous n’éprouvez pas une sensation de légèreté, ou de « tout est possible » et surtout de « JOIE », revoyez votre copie! C’est que, sournoisement ou non, vous êtes mû par la peur! Elle peut être bien cachée sous des tonnes de soi-disant bonnes intentions, de « on m’a toujours appris que », d’excuses diverses et variées, et autres fausses-bonnes raisons. La peur n’a jamais provoqué de vraie joie, sinon ça ce saurait 😉 .

Et voilà, rien n’est dit. C’est nous qui subissons ou créons……

N.B. Vous savez quoi! Je vous rassure, n’ayez pas peur 😉 je suis comme tout le monde, la peur ne m’est pas inconnue et, comme elle me gâche encore un peu trop la vie à mon goût, j’opte le plus souvent possible, par petites expériences, pour « l’être » et « l’action » à, résonances joyeuses 😀

On a dit « Joie », pas « satisfaction »! Là est un autre sujet 😉

(La Joie étant à la satisfaction ce que la Santé est au pansement sur une jambe de bois!)

STOP!! C’était un peu long !  – Cela pourrait l’être encore plus !  😉

Si ce genre de sujet vous titille vous pouvez aussi allez faire un tour par là :
Idées, pensées, trucs intello 
 
© – Merci de ne pas copier/coller intégralement cet article. Vous pouvez rebloguer ou partager 1 ou 2 courts extraits en citant toujours l’auteur et en donnant le lien actif vers cette page. Merci d’avance
Advertisements

A propos Un petit blog avisé??

Je partage : ressentis, réflexions et, quelques coquecigrues ! J’écris le plus souvent quand quelque chose doit « sortir », que cela devient impérieux ! Donc, je peux devenir très productive et même prolixe à certains moments et complètement muette à d’autres !….
Galerie | Cet article, publié dans Psycho-philo-socio...trucs "intellos", est tagué , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

5 commentaires pour La Pandémie archi-millénaire qui nous détruit : la PEUR!

  1. Ping : Demain, 25 novembre : 26e « Journée internationale (ONU) pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes  + « Journée nationale de sensibilisation aux violences faites aux femmes  | «Un Petit B

  2. Ping : Pourquoi l’histoire se répète ? Pourquoi oublions-nous si vite ? | Un Petit Blog… avisé ??

  3. A reblogué ceci sur UN AVIS : Petit Blog Avisé ??et a ajouté:

    Actuellement, l’être humain semble devenir de plus en plus « zinzin », perdu, effrayé; il a PEUR! 😮
    Particulièrement les hommes (masculin) avec, par exemple, les intégristes de tout poil (c’est le cas de le dire, 😉 ) mais aussi les femmes :roll:, en moins grand nombre, quoique je n’en sois pas vraiment sûre ».
    Aussi, cela fait un petit bout de temps que je désirai rebloguer ce que j’avais écrit en 1986. Et là, partout je vois des gens anonymes où non, qui essayent tant bien que mal, avec toute leur bonne volonté, de redresser un peu la barre, d’imprimer des petits changements de direction pour contrecarrer cette Pandémie de Peur….
    Deux exemples parmi des multitudes, qui peuvent paraître anodins, ridicules, qui sont souvent dénigrés, moqués par beaucoup qui se prennent pour des « lumières » (je ne citerai personne, cela leur ferait trop de pub 😈 (et aussi, je ne cite exprès aucun grand média!) :
    1) Ma copine Blue de BlueEdel, dans un de ses coms, pose cette question : »… L’homme aurait-il peur du pouvoir de la femme ? A force de leur interdire tout et n’importe quoi, sans être féministe pour un sou, j’ai de plus en plus l’impression que l’homme a peur !… » -Bien sûr l’article de Robin Parady, où est ce com, fait partie de ces questions posées-.
    2) Le Souffleur de Mots avec son « Opération bonnes nouvelles » veut essayer d’insuffler la contre-peur

    Si vous avez d’autres exemples de luttes soit disant « anodines/anonymes » 😉 n’hésitez pas : partagez en coms!!!! 🙂

    Voici donc en relecture mon post de novembre 2012 originellement écrit en 1986

    © – Merci de ne pas copier/coller intégralement cet article. Vous pouvez rebloguer ou partager 1 ou 2 courts extraits en citant toujours l’auteur et en donnant le lien actif vers cette page. Merci d’avance

    Aimé par 1 personne

  4. Ping : Demain, 25 novembre : 26e « Journée internationale (ONU) pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes  + « Journée nationale de sensibilisation aux violences faites aux femmes  | «UN AVIS :

Un avis, une expérience, une idée à partager, n'hésitez pas vous êtes les biens venus (avec "modération" ça va de soi, voir la "Charte")

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s