Dalaï-lama – Transcriptions sur la Compassion 23- “Pluralisme religieux : foi et tolérance (2/2) »

DALAÏ-LAMA : Compassion 23

6 – Le pluralisme religieux

Le premier niveau de spiritualité : la foi et la tolérance – 2/2

(Suite de Compassion 22) …/…

 (Ndlr – Je rappelle, de nouveau, qu’il n’est aucunement question, ici, de faire de Dalai_Lama 19prosélytisme (lire par là). Simplement, l’approche des traditions religieuses, dans leur globalité, ne peut que rentrer en ligne de compte dans l’explication que le Dalaï-lama nous donne sur la compassion. D’ailleurs, actuellement on peut simplement constater que les intégrismes sont plus qu’actuels et ne vont pas dans le sens de cette compassion.)

Quand je vivais au Tibet, comme je n’avais aucun contact avec les adeptes des traditions autres que le bouddhisme, mon attitude envers les autres religions n’était pas très positive. Mais lorsque j’eus l’occasion de rencontrer des gens appartenant à diverses confessions et d’approfondir mon expérience personnelle, mon attitude changea. Je compris combien elles étaient utiles à l’humanité et que chacune d’elles avait le potentiel de conduire à un monde meilleur. Au cours des siècles derniers, les diverses religions ont grandement contribué à améliorer l’être humain et, encore aujourd’hui, de nombreux pratiquants peuvent évoluer grâce au christianisme, à l’islam, au judaïsme, au bouddhisme, à l’Hindouisme ou à d’autres traditions.

Le dialogue avec des gens qui pratiquent d’autres religions est très enrichissant. A titre d’exemple, mes entretiens avec Thomas Merton, aujourd’hui disparu, m’ont montré quel homme magnifique il était, et m’ont permis d’entrevoir le potentiel spirituel contenu dans la foi chrétienne. A une autre occasion, je fis la connaissance d’un moine catholique de Montserrat, un célèbre monastère espagnol. Il avait vécu plusieurs années en ermite, sur une colline située derrière le monastère. Pendant que je visitais les lieux, il descendit de son ermitage pour venir à ma rencontre et, comme son anglais était encore pire que le mien, cela m’encouragea d’autant plus à discuter avec lui! Nous étions face à face et je lui demandais : « Pendant toutes ces années, qu’avez-vous fait sur cette colline? » Il me regarda un instant et répondit : »J’ai médité sur la compassion et sur l’amour. » Alors qu’il prononçait ces mots, je lus le message dans son regard. J’ai alors ressenti une profonde admiration pour cet être et d’autres comme lui. Ce genre d’expériences m’a convaincu que toutes les religions du monde, malgré leur divergences philosophiques et doctrinales, ont le potentiel de produire des hommes bons. Chaque traditions religieuses véhicule un message merveilleux qui lui est propre.

Les enseignements fondés essentiellement sur la foi en un Dieu créateur offrent une approche très forte. Les chrétiens ne croient ni en la réincarnation, ni à l’existence de vies passées ou futures, mais la certitude que cette vie est l’œuvre de Dieu leur procure un sentiment d’intimité avec le créateur dont ils dépendent. Ils en retirent alors l’instruction d’aimer leurs semblables. En effet, si nous aimons Dieu, nous devons aimer tous les hommes puisque comme nous, ils sont l’œuvre de Dieu. Si leur avenir, comme le nôtre, est dans les mains de Dieu, nous sommes dans la même situation. Par conséquent, ceux qui demandent aux autres d’aimer Dieu, mais qui ne donnent aucune preuve d’amour à leurs frères et sœurs ont une foi sujette à caution. Celui ou celle qui croit en Dieu et en son amour doit prouver la sincérité de ses sentiments envers Dieu en aimant également ses semblables. Ce raisonnement offre effectivement une approche très forte, n’est-ce pas?

Ainsi, si nous examinons chaque religion sous différents angles, comme nous venons de le faire –pas seulement de notre propre point de vue philosophique, mais à de nombreux niveaux-, Il ne fait aucun doute que toutes les religions principales ont le potentiel  de rendre les hommes meilleurs. En fréquentant les adeptes d’autres religions, nous développerons une ouverture d’esprit et un respect mutuel à l’égard des diverses croyances. Le contact avec d’autres religions m’a appris de nouvelles idées, pratiques ou méthodes que je peux associer à ma pratique personnelle. Parallèlement, certains frères et sœurs chrétiens ont adopté des techniques bouddhistes -comme celle de la concentration en un seul point et autres moyens permettant de cultiver la tolérance, la compassion et l’amour. Ces rencontres et dialogues sont très bénéfiques, car ils accroissent notamment l’harmonie entre les religions. 

Les politiciens et les chefs d’États parlent souvent de coexistence et de rassemblement. Pourquoi pas nous, les religieux? Je pense que le moment est venu ¹. En 1997 , à Assise ², en Italie, les représentants des diverses religions du monde se sont réunis pour prier ensemble, bien que je ne sois pas certains que le mot « prière » soit le plus approprié pour décrire exactement les pratiques de toutes ces religions. L’essentiel est que des religieux appartenant à différentes traditions se rassemblent au même endroit et prient, selon leur propre croyance. Ce mouvement est en marche et c’est à mon avis, très positif. Il nous faut continuer dans cette direction et redoubler d’effort pour favoriser l’harmonie et le rapprochement entre les religions du monde entier. Sinon, nous risquons encore de rencontrer les nombreux problèmes qui divisent l’humanité.

Si la religion était le seul remède qui apaise les conflits entre les hommes, il serait désastreux que le remède devienne une nouvelle source de conflits. Encore aujourd’hui, comme autrefois, des discordes éclatent au nom de la religion et à cause de divergences religieuses; je trouve cela très très triste. En y réfléchissant de manière plus vaste et plus profonde, on constate qu’autrefois la situation était très différente. Maintenant, au lieu d’être isolés, nous sommes interdépendants. Il est donc essentiel d’établir une relation étroite entre les religions ³, pour que les différentes communautés religieuses collaborent de très près, et dans un commun effort, au bien de l’humanité.

D’un côté, la sincérité et la foi dans la pratique religieuse, de l’autre, la tolérance et la coopération forment le premier niveau qui oriente la spiritualité vers le bien de l’humanité. …/…

¹  – Je rappelle que ce livre fût écrit en 2001
² – Des rencontres inter-religieuses se poursuivent chaque année
³ – Une petite comparaison qui vaut ce qu’elle vaut 😉 : pensez à la guerre des polices ou des « services », quels qu’ils soient, qui communiquent ou collaborent que très peu  ou même pas du tout et qui, souvent, entraînent des imbroglios administratifs jusqu’aux pires catastrophes (le drame du 11 septembre était pour grande part le résultat de murs dressés entre les services!) et bien pour les religions c’est le même topo…

…/… (La suite :  Le deuxième niveau de spiritualité : la compassion comme religion universelle)

[Transcription tiré du livre « Les voies spirituelles du Bonheur »]

Le site officiel de Sa Sainteté le dalaï-lama

Publicités

A propos Un petit blog avisé??

Je partage : ressentis, réflexions et, quelques coquecigrues ! J’écris le plus souvent quand quelque chose doit « sortir », que cela devient impérieux ! Donc, je peux devenir très productive et même prolixe à certains moments et complètement muette à d’autres !….
Galerie | Cet article, publié dans Dalaï-Lama : Compassion, Psycho-philo-socio...trucs "intellos", est tagué , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un avis, une expérience, une idée à partager, n'hésitez pas vous êtes les biens venus (avec "modération" ça va de soi, voir la "Charte")

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s