Une « Conjugaison » pour les « Passants honnĂȘtes »*… 😘

Une petite bricole poĂ©tique… pour les amours qui dĂ©frisent… les « passants honnĂȘtes »*… 😘


« Conjugaison »

illustration "Conjugaison" : s'aimer

Je t’aime, c’est sĂ»r,

Tu m’aimes, c’est vrai.

Elle m’aime, le savez-vous ?

Nous nous aimons, c’est tout.

Vous n’aimez pas ?

Ils n’aiment pas !

. . . . . . . . . . . . .

Ils s’y feront ! …

©Brice Chaffthorn – Juin 1984

©Reproduction interdite sans l’accord de l’auteur, Merci 😃

* Un bout des paroles de la chanson « Bancs Publics » de Georges Brassens

 

A propos Un petit blog avisé??

Je partage : ressentis, rĂ©flexions et, quelques coquecigrues ! J’écris le plus souvent quand quelque chose doit « sortir », que cela devient impĂ©rieux ! Donc, je peux devenir trĂšs productive et mĂȘme prolixe Ă  certains moments et complĂštement muette Ă  d’autres !
.
Galerie | Cet article, publié dans Humour, Poésie (slam-chansons), est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

9 commentaires pour Une « Conjugaison » pour les « Passants honnĂȘtes »*… 😘

  1. Christian dit :

    Ha au moins on apprends Ă  conjuguer le verbe Aimer. J’ai aimĂ©, c’est gĂ©nial et surtout bien fait.
    Bonne soirée. Amitiés.

    Aimé par 1 personne

  2. Trigwen dit :

    Fort jolie conjugaison amusante de deux ĂȘtres qui s’aiment et qui se moquent de ceux qui n’apprĂ©cient pas.

    Aimé par 1 personne

  3. fralurcy dit :

    çà me rappelle : ( mais pourquoi ? )
    Je veux dédier ce poÚme
    À toutes les femmes qu’on aime
    Pendant quelques instants secrets
    À celles qu’on connaĂźt Ă  peine
    Et qu’un destin diffĂ©rent entraĂźne
    Et qu’on ne retrouve jamais

    À celles qu’on voit apparaĂźtre
    Une seconde Ă  sa fenĂȘtre
    Et qui, presque, s’Ă©vanouit
    Mais dont la svelte silhouette
    Est si gracieuse et fluette
    Qu’on en demeure Ă©panoui

    Belle compagne de voyage
    Dont les yeux, charmant paysage
    Font paraĂźtre court le chemin
    Qu’on est seul peut-ĂȘtre Ă  comprendre
    Mais qu’on laisse pourtant descendre
    Sans avoir effleuré la main

    À celles qui sont dĂ©jĂ  prises
    Et qui, vivant des heures grises
    PrĂšs d’un ĂȘtre trop diffĂ©rent
    Vous ont, inutile folie
    Laissé voir la mélancolie
    D’un avenir dĂ©sespĂ©rant

    Belles images aperçues
    EspĂ©rances d’un jour déçues
    Vous serez dans l’oubli demain
    Pour peu que le bonheur survienne
    Il est rare qu’on se souvienne
    Des Ă©pisodes du chemin

    Mais si l’on Ă  manquĂ© sa vie
    On songe, avec un peu d’envie
    À tous ces bonheurs entrevus
    Aux baisers qu’on n’osa pas prendre
    Aux cƓurs qui doivent vous attendre
    Aux yeux qu’on n’a jamais revus

    Alors, aux soirs de lassitude
    Tout en peuplant sa solitude
    Des fantĂŽmes du souvenir
    On pleure les lĂšvres absentes
    De toutes ces belles passantes
    Que l’on n’a pas su retenir, retenir
    Auteurs-compositeurs : Antoine Pol, Georges Charles Brassens,
    F.

    Aimé par 1 personne

  4. Bernieshoot dit :

    C’est joliment conjuguĂ© !

    Aimé par 1 personne

Un avis, une expĂ©rience, une idĂ©e Ă  partager, n'hĂ©sitez pas vous ĂȘtes les biens venus (avec "modĂ©ration" ça va de soi, voir la "Charte")

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icÎne pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez Ă  l'aide de votre compte WordPress.com. DĂ©connexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez Ă  l'aide de votre compte Google. DĂ©connexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez Ă  l'aide de votre compte Twitter. DĂ©connexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez Ă  l'aide de votre compte Facebook. DĂ©connexion /  Changer )

Connexion Ă  %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.